Assessing species at risk

One of the objectives of sustainable forest management is the maintenance of all forest values while maintaining a steady supply of timber or fiber. One of the most significant challenges is the long-term provision of habitat for all relevant species. This can be particularly challenging as species are prioritized for conservation due to their status as species at risk.

“At risk” designations are categorical descriptions that indicate a species’ estimated relative probability of facing extinction over a given time period. Due to the lack of reliable information (e.g., population demographics, detailed habitat assessments) about many rare and cryptic species, many extinction risk estimates are based on indicators and surrogates of extinction risk, such as reduced area of occupancy, limited range, or inherent characteristics such as low reproductive rates or narrow ecological niche.

Due to the priority placed on conserving species that are at higher extinction risk, it is vital that risk assessments are accurate, reliable, repeatable, and transparent. Excessive or unnecessary listings carry unnecessary costs, and pull conservation dollars away from those species in greater need; insufficient or missed assessments fail to provide adequate protection for species at real risk. However, reliable risk assessment procedures require significant investments of time, data, and effort, and are relatively complex.

To help understand these complexities, NCASI will soon release a Technical Bulletin titled Review of the History and Scientific Basis for Species at Risk Listings in Canada: Challenges and Opportunities. This report will document the scientific theory and ecological underpinnings of species at risk assessments, review the methodologies used by both the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada (COSEWIC) and the International Union for the Conservation of Nature (IUCN), and suggest possible means to improve the process, particularly with respect to the assessment process in Canada.

For more information, contact Dr. Darren Sleep at the NCASI Montreal office. 

Contact Information 

 

Évaluer les espèces en péril

Maintenir à la fois un approvisionnement constant en bois ou en fibre ainsi que toutes les valeurs forestières constitue l’un des objectifs d’un aménagement forestier durable. Fournir un habitat à long terme à toutes les espèces pertinentes représente l’un des défis les plus importants, en particulier lorsqu’il faut conserver certaines espèces en priorité en raison de leur statut d’espèce en péril.

La désignation « en péril » est une description catégorielle qui donne une indication de la probabilité relative estimée du risque d’extinction d’une espèce au cours d’une période de temps donnée. En raison du manque de données fiables (p. ex. données démographiques sur les populations, évaluations détaillées sur les habitats) sur de nombreuses espèces rares et cryptiques, bon nombre des estimations sur le risque d’extinction reposent sur des indicateurs et sur des facteurs utilisés comme substitut au risque d’extinction (p. ex. zone d’occupation réduite, aire de répartition limitée) ou sur des caractéristiques inhérentes (p. ex. faibles taux de reproduction ou niche écologique étroite).

Puisqu’on vise en priorité la conservation d’espèces qui font face à un risque d’extinction plus élevé, il est crucial que les évaluations de risque soient précises, fiables, reproductibles et transparentes. Une liste comportant trop d’espèces ou d’espèces injustifiées engendre des coûts inutiles et détourne les dollars destinées à la conservation de leur objectif de conserver les espèces qui en ont le plus besoin, et les évaluations incomplètes ou escamotées ne réussissent pas à fournir une protection adéquate aux espèces qui sont réellement en péril. Par contre, les procédures fiables pour évaluer le risque nécessitent beaucoup de temps, de données et d’efforts, et sont relativement complexes.

Afin de mieux saisir la complexité de ces évaluations, NCASI publiera sous peu un Bulletin technique intitulé Review of the History and Scientific Basis for Species at Risk Listings in Canada: Challenges and Opportunities. Ce rapport présentera la théorie scientifique et les fondements écologiques des évaluations sur les espèces en péril, examinera les méthodes utilisées à la fois par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et proposera des solutions possibles pour améliorer le processus, notamment le processus d’évaluation utilisé au Canada.

Pour en savoir plus, veuillez contacter Dr. Darren Sleep au bureau de NCASI à Montréal. 

Contact