WBCSD report examines the complementary roles of fresh and recycled fiber

Paper companies are often asked whether using virgin (fresh) or recycled fiber is better for the environment. For a number of reasons, this is a very difficult question to answer, requiring an understanding of the wood fiber cycle and the complementary roles of fresh and recycled fiber within that cycle.

Seeing the need for information to help customers and other stakeholders appreciate the various factors affecting the use of recycled fiber, in 2014 the Forest Solutions Group of the World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) asked NCASI for assistance in developing a report to address these issues. On June 2nd, WBCSD released the report, titled Facts & Trends: Fresh & Recycled Fiber Complementarity.

The report examines why both virgin and recycled fiber are necessary and the importance of fiber quality and cost in determining what types of fiber are used in a particular application. The report points out that “recycled fiber would not exist if fresh fiber were not harvested, processed and placed into the wood fiber system. Yet, with more than half of the industry’s fiber coming from recovered paper, the industry would be unable to meet the demand for its products without recycled fiber. Both are required.”

In examining the research into the environmental implications of recycling, the report finds that “in general, LCA [life cycle assessment] studies show that the [beneficial] effects of increasing recovery of paper are relatively clear when the alternative is landfilling used paper.” On the other hand, “if the alternative to recovery is burning with energy recovery…the results of the comparison vary.”

Attempts to compare virgin and recycled fiber are shown to be especially problematic because “comparing the environmental attributes of fresh and recycled fibers requires artificially separating the integrated wood fiber system into two parts – a fresh fiber system and a recovered fiber system. Estimating the environmental attributes of each system requires that the environmental releases from the wood fiber material life cycle be divided between the fresh and recycled fiber systems.”

The report discusses the methods used to perform this division and finds that the selection of method often heavily influences the results of the comparison. As a result, “it is very difficult to determine whether the use of recycled fiber within a specific product will lead to measurable environmental benefits.”

The report also examines the challenges facing attempts to increase paper recovery rates and the amounts of recovered fiber used in paper and paperboard products. The increased use of comingled collection (all recyclable materials collected at the curbside in a single container) is causing the quality of recovered fiber to decline.

At the same time, declining consumption of some grades of paper, especially printing and writing papers and newsprint, means that less fiber is available for recovery. These concerning trends come at a time when pressures to use more recovered fiber continue and are often focused on grades with the highest fiber quality requirements.

The report and resource materials related to the report and its key messages are available at http://www.wbcsd.org/Projects/Forest-Solutions-Group/Resources/Facts-Trends-Fresh-Recycled-Fiber-Complementarity.

Un rapport du WBCSD examine les rôles complémentaires que jouent la fibre fraîche et la fibre recyclée

On demande souvent aux sociétés papetières quel est le meilleur type de fibre à utiliser d’un point de vue écologique : la fibre vierge (fraîche) ou la fibre recyclée? Pour diverses raisons, il est très difficile de répondre à cette question, car il faut comprendre le cycle de la fibre de bois et les rôles complémentaires que jouent la fibre fraîche et la fibre recyclée dans ce cycle.

Constatant un besoin en matière d’information pour aider les clients et autres parties prenantes à comprendre les nombreux facteurs qui influencent l’utilisation de la fibre recyclée, le groupe des solutions forestières du Conseil mondial des entreprises pour un développement durable (WBCSD) a demandé l’aide de NCASI en 2014 pour produire un rapport qui comblerait ce besoin. Le 2 juin, le WBCSD a publié ce rapport qui est intitulé Facts & Trends: Fresh & Recycled Fiber Complementarity.

Le rapport examine les raisons pour lesquelles la fibre vierge et la fibre recyclée sont toutes deux nécessaires et l’importance du coût et de la qualité de la fibre dans le choix du type de fibre à utiliser dans des applications particulières. Le rapport souligne que « la fibre recyclée ne pourrait pas exister si la fibre fraîche n’était pas récoltée, traitée et intégrée dans le système de fibres. Pourtant, plus de la moitié de la fibre utilisée par l’industrie provient du papier récupéré. L’industrie ne pourrait donc pas répondre à la demande pour ses produits sans fibre recyclée. Les deux types de fibres sont essentiels. »

En ce qui concerne les conséquences du recyclage sur l’environnement, le rapport note « qu’en général, les études d’ACV [analyse du cycle de vie] montrent que les effets [bénéfiques] de récupérer davantage de papier sont relativement clairs lorsque l’enfouissement du vieux papier constitue la seule alternative. » Par contre, « si l’alternative consiste à brûler le vieux papier dans le but d’en récupérer l’énergie… les résultats de la comparaison varient. »

Les tentatives de comparaison entre la fibre vierge et la fibre recyclée sont particulièrement difficiles parce que « pour comparer les attributs environnementaux de la fibre fraîche à ceux de la fibre recyclée, il faut séparer de façon artificielle le système intégré de fibres en deux parties : un système de fibres fraîches et un système de fibres récupérées. Pour estimer les attributs environnementaux de chaque système, il faut diviser les rejets dans l’environnement engendrés par le matériel ligneux au cours de son cycle de vie entre le système de fibres fraîches et le système de fibres recyclées. »

Le rapport traite aussi des méthodes utilisées pour effectuer cette division et constate que le choix de la méthode influence souvent les résultats de la comparaison de façon importante. Par conséquent, « il est très difficile de déterminer si l’utilisation de la fibre recyclée dans un produit donné aura un effet positif mesurable sur l’environnement. »

Le rapport examine aussi les difficultés rencontrées dans les tentatives d’accroître le taux de récupération du papier et le pourcentage de fibres recyclées dans les produits du papier et du carton. L’utilisation accrue de la collecte pêle-mêle (toutes les matières recyclables sont ramassées en bordure de rue dans un seul contenant) entraîne une baisse de la qualité de la fibre récupérée.

De plus, la baisse de la demande pour certaines catégories de papier, notamment pour les papiers d’impression et d’écriture et le papier journal, signifie qu’il y a moins de fibres disponibles pour la récupération. Cette tendance préoccupante arrive à un moment où l’on continue à faire pression pour une utilisation accrue de la fibre récupérée, en particulier dans des catégories de papier nécessitant une fibre de la plus haute qualité.

Le rapport, la documentation associée au rapport et les messages clés sont accessibles au http://www.wbcsd.org/Projects/Forest-Solutions-Group/Resources/Facts-Trends-Fresh-Recycled-Fiber-Complementarity.